L'Inde, la vie, le travail, l'aventure...

Timbaktu : La vie rêvée des hommes …enfin, au moins de moi :D

Aujourd’hui j’aimerais vous présenter un petit coin de Paradis. J’en ai souvent rêvé, devinez quoi je l’ai trouvé. J’en ai des fois parlé et bien eux l’ont réalisé…suivez moi et entrons dans cette communauté !!


 


Tout a commencé il y a 30 ans, Bablu et Mary (tous les deux originaires de Bombay) travaillent ensemble pour une ONG qui a


git pour améliorer le quotidien des fermiers. Mais ils rê

vent de plus. Frustrés de ne pas pouvoir mettre en place toutes leurs idées ils rêvent de monter leur propre projet. Plutôt que de réfléchir à court terme ils avaient envie de durabilité et plus que d’être une aide extérieur à l’amélioration ils voulaient être au cœur du changement. Ils quittèrent donc leur organisation et achetèrent un GRAND terrain non loin d’où ils vivaient, dans le village de Chennekothapalli (C.K.Palli pour les intimes ;)…C’est cool pour ceux qui n’arrivent pas à retenir le nom…comme moi !!) en Andhra Pradesh. Ce terrain alliait montagne et verdure, mais hélas la forêt était rongée petit à petit par le climat changeant. Leur projet ? Allier besoins quotidiens et environnement en réhabilitant la flore sur leur terrain, améliorant les sols pour pouvoir y cultiver leur propre nourriture…bio bien entendu !! N’ayant jamais eu de réelles connaissan


ces en agriculture (dans l’ONG ils n’étaient que des acteurs extérieurs) ils ont fait de nombreuses recherches pour apprendre les techniques de culture. Ils ont commencé par replanter des arbres pour créer de l’ombre, prendre soin du sol et finalement cultiver leur 1er champ

 

. Puis ils ont décidé de s’installer sur ce terrain. Ils y ont construit une maison pensée de manière à ce que l’intérieur reste frais et lumineux  tout au long de la journée ne nécessitant pas d’électricité (c’est la 1ere maison que je vois sans ventilo ni clim…et de loin la plus fraîche !!). Ils s’y sont installés avec leur petite fille Moly. Puis une 2e famille a souhaité se joindre à eux, puis une 3e…La communauté était née. Le nom de Timbaktu a été choisi pour ce nouveau village. Surement en rapport avec le
symbole de la ville de « Tumbuktu », en français « Tombouctou », qui représente un endroit perdu n’existant que dans l’imagination (bien qu’il existe vraiment et se trouve au Mali). Dans les pays
 arabes, une expression populaire évoque une certaine Tombouctou, pays fabuleux, enfer ou paradis, mais qui n'existe que dans l'imagination…Ici ce serait plutôt paradis !!

 

Prendre soin de leur environnement et de leur santé en cultivant sainement était une 1ere étape. Maintenant il s’agissait de faire passer le mot et faire prendre conscience aux autres 

 

de cette nécessité. Ils ont donc crée l’association Timbaktu collective. Au travers de celle-ci ils travaillent avec les fermiers des alentours pour mettre en place une agriculture plus durable, respectueuse de l’environnement. Ayant de plus en plus de fermiers dans leur programme, et

 

donc de plus en plus de produits, ils décident de créer leur marque « Timbaktu organic » afin de pouvoir différencier ces produits bio des autres produits sur le marché. Ils ont ensuite développé leur propre chaîne logistique afin de réduire les coûts inutiles permettant aux fermiers de bénéficier de meilleurs revenus et donc d’une meilleure qualité de vie. Ils ont également développé une fabrique de tissus bio (fait à base de coton bio et teintés à partir de produits naturels) fait mains, tenue par d

es femmes. Elles y produisent Sari (bien entendu), serviettes de bain, de table et tissus en tout genre.

 

L’autre point important pour ce couple était l’éducation. Tout d’abord parce que c’est le meilleur moyen pour sortir de la misère et ens

uite parce que comme le dit un proverbe chinois « Toutes les fleurs de demain sont dans les semences d’aujourd’hui ». Le meilleur moyen de faire ch

anger les mentalités à long terme est donc de faire prendre conscience de ces nouveaux enjeux aux enfants. Ils ont donc monté un projet pour

 permettre aux enfants des villages alentours (favorisant les plus pauvres) d’avoir accès gratuitement à l’éducation. Bénéficiant de fonds de donateurs individuels comme d’entreprises étrangères (dont un petit magasin a Paris qui reverse une partie de ses ventes pour faire tourner l’école. Je suis en attente de l’adresse, je vous la ferais passer), ils ont construit une école  à Timbaktu et accueillent depuis plusieurs années 100 enfants allant de 4 à 12 ans. Une 60aine d’enfants viennent des villages proches et se rendent à l’école grâce au bus scolaire qui a été mis en place. Les 40 autres ne pouvant rentrer chez eux tous les soirs sont nourris/logés sur place. Pour nourrir tout ce petit monde, une cantine a été créée. Celle-ci est également utilisée pour sustenter les visiteurs de passage qui sont accueillis dans la 


 guest house. Les revenus de cette auberge servent à financer le fonctionnement de l’école. Un magasin  Certains employés de l’association ont également émis le souhait de venir vivre là-bas. Il y a aujourd’hui 70 personnes vivant sur place, 7 familles ainsi que les 40 enfants de l’école. Il règne ici une atmosphère paisible où les rires des enfants qui courent partout remplacent le son des portables (il n’y a pas de réseau dans le village !!). 

C'est une réelle vie de communauté ou chacun a son chez soi mais de nombreuses parties communes permettent de se retrouver. De nombreux événements sont également organisés pour rassembler tout le monde. Chaque mois par exemple, ils organisent un concours de cuisine entre eux. Le thème varie, en mai c’était « poulet » (une expression qui a de quoi détrôner « en mai fais ce qu’il te plaît !!), ce mois-ci c’est « dessert ». Chacun choisit son camp : cuisinier (par équipe de 2 ou 3) ou juge (ce camp est plutôt celui des feignasses ou des gloutons !! :D). Les cuisiniers ont jusqu'à 19h pour préparer leur plat, puis c’est le moment de gouter et de voter !! Hélas j’ai du annuler ma participation au concours de poulet du mois de mai (dommage j’avais une bonne recette à la cardamome fournie par maman Coco !!) car c’était le même jour que l’anniversaire de mon boss et je ne peux pas non plus participer à celui de demain pour cause de « Finir de rédiger mon dossier avant l’arrivée de Papa lundi !! ». Mais j’espère bien participer à celui de juillet…je vous raconterais !! 

 

Vous l’avez donc compris il règne une atmosphère unique dans cette communauté où l’environnement est roi...Et ça, comme beaucoup le savent, ça me fait rêver !! Et pour ceux qui ont l’image d’une communauté bio comme étant un groupe de marginaux en pantalon en tweed, torse nu et cheveux longs, déconnectés de la vraie vie, fumant des joins toute la journée et chantant Coumbaya au coin du feu, je suis désolée de casser cette charmante image mais ce n’est pas le cas ici !! Ils prennent soin de l’environnement, de l’éducation des enfants, ils améliorent les conditions de vie des fermiers alentours et en plus ils font du business pour financer tout ça…l’équilibre parfait !!

 

A quand le Timbaktu français vous me direz (du moins pour l’esprit communauté bio car la France ne rencontre pas les mêmes problèmes) ? J’y pense, j’y pense…

 

 



07/08/2014
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres